jeudi 30 mars 2017

Mirmande

Débarrassé momentanément de mes pépins physiques me voilà au départ du 11 km de Mirmande, en compagnie de Sabine et Jenni.
C'est une course que j'ai déjà faite mais pas trop de référence chrono, le parcours a changé, en tout cas ça va piquer avec 850 km de D+ au menu du jour.
Bonne nouvelle la pluie s'est arrêtée, le terrain sera gras ça c'est sur mais au moins on ne prendra pas la douche en courant.
Je vais voir ou j'en suis, j'ai repris depuis peu et comment vont courir les 2 nénettes du jour.
                        
16 h départ direct en montée, pas de tour de camping cette année, bien sur comme mon échauffement a été plus que léger j'ai d'entrée le souffle coupé !
Jenni prend quelques mètres d'avance, je reste difficilement au contact de Sabine, pfff je ne vais pas être le 1er à marcher... puis si, en marchant je perdrais guère de temps.
C'est bon tout le monde marche, grâce à mon allure rapide je garde Jenni à vue, Sabine est un peu plus loin derrière.
Fin de la montée, place à la descente, je suis avec 3 ou 4 gars  juste derrière Jenni qui est en première ligne.
On traverse la route et en avant pour la seconde montée, la plus longue. J'ai rejoint Jenni, on ne se quittera plus jusqu'à l'arrivée.
On ne passe pas par Mirmande cette année, que du sentier et du chemin. On monte, on descend, je prends les devants en descente mais Jenni remet ça le lendemain inutile de trop foncer.
C'est bien de courir avec Jenni, elle est un peu comme moi, elle court régulier, pas d'à-coup elle a son rythme et elle le garde.
Je suis quand même obligé de m'employer pour la suivre en montée.
Voilà c'est l'arrivée, 1h39', bien content d'en finir, et Jenni qui enchaine pour 27 bornes minimum le lendemain !
Sabine arrive 5' après nous, bien contente de sa course, sa prépa pour Annecy se poursuit, elle a bien compris qu'il faut être un peu givré pour se lancer sur la marathon race mais que ça ne s'improvise pas...

dimanche 26 mars 2017

Résultats du week-end

Hier à Mirmande, une belle course de montagne, 11 km pour 850 m de D+.
J'ai couru avec Jenni, 1h39'02",  64 et 65 ème.
Pour Sabine, je n'ai pas son temps exact ni son classement mais elle est arrivée environ 5mn après nous.
Avec Quentin, 1h10' et 12ème au scratch
Jenni sur le 27 à Mirmande (30 km en réel)  4h08' (temps Strava) et Mathieu 3h22'
Baptiste sur le 45  5h5'05" (temps Strava)
Les résultats ICI.

A Chatu, les résultats complets ICI
Attention il y a des erreurs sur le classement du 25 km, il manque Marc qui n'apparait pas et Phil est mieux classé que 18ème.
25 km
- Philippe T 2h10'05" 18/74  2ème V2
- Cyril 2h41'50"  58/74
- Ludovic 2h47'36" 64/74
16 km
- Christine 1h25'42"   83/143 2ème V2
16 km en duo
- Anne Catherine 1h28/12"   27/60

samedi 25 mars 2017

Trail du grand Echaillon

6 jours après ma grande performance au marathon de Barcelone, quoi de mieux qu'un petit trail dans le Vercors drômois, qui plus est une 1ère édition...
Il n'y a pas à hésiter bien longtemps... surtout à la nuit tombante, sous une pluie fine, avec un terrain bien gras...
17h, je rejoins une collègue de boulot à Alixan et je monte avec toute sa famille au grand Echaillon. Son fils de 17 ans qui est en équipe de France de course d'orientation étant lui aussi partant....
On arrive à l'auberge...il n'y a pas foule !!! il fait bien frais, petite brise et pluie fine, c'est sur je ne suis plus à Barcelone !!!
Mais tout est bien prévu et organisé, les marcheurs sont déjà partis.
Je retrouve Georges fidèle V4 et plusieurs collègue prof d'EPS. Inscription ultra rapide, juste un nom et un prénom suffisent...remise des dossard, briefing sous l'arche de départ et à 18h30 au soleil couchant, le départ est donné !!
Petit tour rapide autour de l'auberge, pour étirer le peloton des 35 participants !!! puis 2 km de faux plat montant dans la prairie en direction du col de la Bataille. On attaque ensuite une bonne bosse de 500m avec des passages à plus de 20% ! c'est sur c'est bien fini le bitume de dimanche dernier !
Arrivé au point haut de la course, on crapahute un bon kilomètre dans les sous bois pour arriver sur la route qui nous mène jusqu'à l'entrée du tunnel du col de la Bataille. Puis on plonge dans la forêt bien dense hors des chemins pendant un bon kilomètre, il fait nuit noire, je suis seul depuis bien longtemps et tout heureux lorsque tous les 50 mètres je retrouve un marquage ou un balisage.
La neige fondant avec le redoux, c'est très très boueux et gras, ça colle bien aux chaussures !!!
Retour sur une large piste pour 2 kilomètres jusqu'au col du Lion, où je galère a trouver du rythme et où j'ai les jambes qui sont déjà bien dures... je me fais doubler et déposer par 2 coureurs...impossible de les suivre !
Arrivé au col, il nous reste 2 kilomètres dans les sous bois, sur des petits chemins vraiment sympa et roulant, je retrouve un peu de rythme et je termine tranquilou ce trail de finalement 11km en 1h08.
Puis direction l'auberge pour THE ravito !!!!
Jus de fruit, vin, vin chaud....caillette, saucisson, fromage du plateau, pogne...voilà qui fait bien plaisir !! ambiance ultra conviviale, ça discute bon enfant...puis place au podium.
Le fils de ma collègue lui s'est bien dégourdi les jambes finit 1er en 50 minutes... et à droit à un super lot (tee shirt technique, plateau de fromage, saucisson, chocolat locaux). Ma collègue, prof à Romans finit 1ere féminine en 1h02.
21h on retourne dans la plaine...déguster tout ça autour d'un bon apéro...au top !!
sauf que là je sens bien que ça va être mort pour les 10km de bourg les valence et encore plus à 8h !!!

En tout cas, grand bravo aux organisateurs, aux bénévoles et autres signaleurs pour cette 1ère édition qui je l'espère en appellera d'autres et qui, avec davantage de communication, devrait attirer du monde sur ces 1er contreforts du Vercors si sympathique pour aller courir...
Pierre Jean

vendredi 24 mars 2017

Pour ce week-end

Pour les courses c'est à Mirmande et Chatuzange le Goubet que ça va se passer
Jenni va doubler sur le 12 et le 25 à Mirmande, Baptiste sur le 43, moi je me contenterais du 12.
Pour Chatu Christine K est sur le 16, Anne Catherine le 16 en duo, Philippe T et Cyril sur le 25 km.
Attention les inscriptions sont closes pour Chatu !

Retour en montage vidéo de notre sortie sur Crozes de dimanche dernier.
Jenni et moi 14km, Philippe DP et Sylvain 18 km.
Cliquez sur l'image

jeudi 23 mars 2017

Clansayes

Clansayes et son plateau,‭ ‬tel est le nom de la course,‭ ‬13ème édition pour ce petit village de la Drôme qui fait partie du challenge avec‭ ‬6‭ ‬autres villages de la Drôme Provençale avec Solérieux,‭ ‬Rochegude,‭ ‬St-Paul-3-Chateaux,‭ ‬La Garde Adhémar et Montségur sur Lauzon.‭
A‭ ‬2‭ ‬jours du printemps,‭ ‬c’est une météo splendide,‭ ‬un soleil généreux avec du mistral et des pointes à plus de‭ ‬50‭ ‬km/h.
‭Le parcours reste quasiment inchangé par rapport aux éditions précédentes‭ ‬avec quelques beaux points de vue sur le mont Ventoux,‭ la montagne de la Lance.‭
Deux distances‭ ‬6.5 et ‬12.5‭ ‬km plus un parcours rando.‭ ‬Toujours les‭ ‬2‭ ‬km de bitume avec le vent de face puis un peu de sous-bois avant de retrouver de nouveau du bitume et une bonne cote jusqu’à un gite et de nouveau du chemin de terre jusqu’au‭ ‬1er ravito au‭ ‬5ème kilomètre.‭ ‬
Toujours de larges chemins et à un panneau de rando,‭ ‬une monosente‭ ‬sillonne en sous-bois,‭ ‬on en sort sur un large champ de lavande pas encore fleuri et de nouveau une bosse avant de retrouver un large chemin direction plein Sud et le mistral qui nous stimule.‭
‬Un point de contrôle et le chemin se dirige toujours vers le Sud plus roulant qu'avant le‭ ‬1er ravito.‭ ‬C’est une portion quasiment plate,‭ ‬large,‭ ‬peu de racine où nous retrouvons le parcours du‭ ‬6.5‭ ‬km.‭ ‬Nous sommes presque au‭ ‬9ème kilomètre,‭ ‬une portion de route bitumée descendante puis de nouveau un chemin avec le dernier faux plat montant.‭ ‬
La dernière bosse au‭ ‬10‭ème km puis ce sont les‭ ‬2.700‭ ‬km de descente sur route jusqu’à l’arrivée et j’ai commencé à perdre de l’énergie car j’entrevois le serre-file et les‭ ‬3‭ ‬derniers coureurs.‭
Enfin l’arrivée mais cette fois ci pas de dernière butée pour arriver à la salle communale,‭ ‬elle se fait sur la place aux pieds de la tour et nous épargne‭ ‬50‭ ‬mètres qui en ont échauffé plus d’un.‭
Du JCP,‭  ‬je suis seul,‭ ‬une grosse partie du club est à Bourg-lès-Valence avec encore un podium pour Christine alors qu’elle arrive du marathon de Barcelone comme PJ,‭ ‬qui lui,‭ ‬est allé découvrir le samedi le nouveau trail semi nocturne du Grand Echaillon,‭ ‬assez boueux aux dire de G.‭ ‬Barral qui nous a fait‭ ‬2‭ ‬podiums ce week-end.‭
En entrainement‭ 4 ‬de nos pointures sont allé sur les crêtes‭ de Crozes et d’autres à la forêt de Saoû. 
Un petit bémol pour le départ avec‭ ‬30‭ ‬mn de retard,‭ ‬mais un beau soleil nous a vite réchauffé et nous avons pu profiter de la course des enfants.‭ ‬Toujours amusant de voir ces petites jambes qui seront les futurs participants des courses hors stade.

‭Merci à l’organisation et aux bénévoles.‭ ‬Surtout ne changez rien, bravo à tous les coureurs‭ e‬t à l’année prochaine.
Robert

mercredi 22 mars 2017

Marathon de Barcelone

Hola !
Quelle idée de faire un marathon, moi qui aime les grands espaces et les sentiers....
C'est l'effet de groupe, la sympathie du club, l'ambiance du JCP....merci Pierre Jean
Après mes 600 km d'entraînements bitume avec mes collègues, je me fixe un objectif de 3h15 3h20, ce qui correspond au temps VMA.
Je suis prêt, une petite douleur au bras me gène, mais je suis serein et content de prendre le départ de ce marathon dans une ville inconnue pour moi.
Tout est bien organisé, appartement, transport, repas.
Le retrait des dossards se fait dans une ambiance de tonnerre, cela donne un avant goût de ce que l'on va trouver le lendemain sur le parcours.
Dimanche 6h15 le réveil sonne, c'est parti, petit dej, derniers préparatifs, nous nous retrouvons pour 7h30 en bas de l'immeuble pour partir ensemble rejoindre le départ, certains à pied d'autres en métro.
Nous voilà dans nos sas de départ respectif, je suis dans le bleu (3h15.3h30) avec Jean-Marie et Émeric.
8h30: le départ est donné, il nous faudra 4 minutes pour franchir la ligne officiel, 20000 coureurs sont inscrits sur le marathon de Barcelone.
La température est idéale, et nous voilà partis dans le flot de tous ces sportifs. Une ambiance règne tout au long du trajet avec une forte mobilisation des espagnols dans les rues de Barcelone.
Les encouragements de nos supportrices « perso » sur le parcours, sont toujours bienvenus et agréables.
Ce marathon nous fait aussi découvrir, les célèbres monuments de cette belle ville.
Je me suis sentis bien tout au long de cette course passant le semi en 1h32, tout en maintenant une bonne allure jusqu'au km 30 (13,7km/h). Comme tout marathon les derniers km sont plus durs, c'est à ce moment là que le mental prend le dessus pour pouvoir atteindre son objectif.

Me voilà passant la ligne d'arrivée en 3h09'56" ….SUPER CONTENT, moi qui pensait faire plutôt 3h15 dans le meilleurs des cas.
Ce fut un bon moment pour moi et je suis ravis que tous les JCPiennes et JCPiens aient terminé cette belle course.
Ce week-end fut une totale réussite MERCI A TOUS !

Maintenant retour au trail, préparation TRANSJUTRAIL...un bon week-end en perspective aussi.
Philippe
Les photos et 2 vidéos ICI

mardi 21 mars 2017

Marathon de Barcelone 2/2

8h55 est l’heure du départ de mon marathon de la place d’Espanya sous une pluie de confettis dorés. Barcelone me voilà, je vais battre ton pavé sous les encouragements de tes citadins, des accompagnants des coureurs, les touristes, ce sera un peu plus tard, ils ont fait la fête.
Nous entamons les 2.5 kilomètres sur un premier boulevard où tout le monde est encore frais. Coté météo c’est parfait, un petit 12°, du soleil et une petite brise marine. Surtout ne pas s’emballer, ça va être long et je vais compter les derniers kilomètres. La barrière temps est de 6h00 alors je vais essayer de ne pas la dépasser mais en course à pied on ne sait jamais, une douleur est si vite arrivée.
Il y aura des point d’eau tous les 2.5 km, alors pas la peine de prendre un Camel. J’ai un bracelet, fabriqué au stand Asics, avec mes temps de passage que je vais scruter souvent pour bien gérer mes foulées. Chaque kilomètre est bien signalé par de gros panneaux jaunes et les miles en panneaux rouges. Voilà encore une chose que je n’avais jamais vue. 
Au 6ème kilomètre voilà le stade Camp Nou ou le PSG a reçu une bonne déculottée par le Barca. On en parle encore et le match fut rediffusé sur les chaines de télé sportives. Au 10ème kilo, les petites douleurs sous la plante de mes pieds ont disparu, je sens que je vais tenir. J’ai entre 10 et 15 mn d’avance sur mes temps de passage et il en sera ainsi jusqu’au 30ème.
Au 12ème km, nous passons devant le parc Joan Miro où l’on aperçoit l’une de ses statues en mosaïque. Au 14ème, c’est la façade d’immeuble la Pedrera et plus loin un groupe de tibétains venus encourager leurs collègues.
Au 16ème c’est devant le monument le plus célèbre de Barcelone, la Sagrada Familia où une foule compacte fait la queue pour visiter cette cathédrale éternelle d’une beauté intérieure vue les photos prise par Françoise et Laurent, qui m’ont entrevu sur le parcours.
Au 18ème, je croise Irène, Lolo et Joël car nous allons faire un aller-retour sur un large boulevard qui s’appelle la Mériediana. Eux sont au 22ème et j’ai 4 km de retard. Ça fait toujours plaisir de se retrouver. Que de monde, que d’encouragements dans plusieurs langues. C’est magnifique. Et je me sens toujours bien. Au ravito du 20 ème je découvre une pissotière pour hommes. Une petite pause et voilà l’arche de la mi-parcours. Toujours de l’avance sur mon timing. Alors c’est reparti vers de grands boulevards rectilignes... C’est grand une ville !
Au 26ème nous voilà sur le grand boulevard Diagonal et nous devons aussi faire un aller-retour. Je jette un coup d’œil pour voir si je reconnais un copain de club. Personne.
Au bout de l’avenue nous sommes au pied de la Torre Agbar en forme de suppositoire et voilà le panneau 30 km.
Il commence à faire chaud, j’ai déjà 4 heures de course et le soleil commence à bien chauffer. Heureusement que le parcours longe le front de mer et arrive devant le port olympique et ses gratte-ciels. Une petite brise me rafraichie. Les points d’eau tous les 2.5 km sont les bienvenus. Je bois un peu de powered pour me booster. Peu de chose au ravito solide, des raisins des bananes, des oranges et un mélange amandes noisettes. C’est peu mais je n’ai vraiment pas faim.
A partir du 30ème je vais alterner marche rapide et trottinage, mon chrono s’affole et grignote les minutes gagnées du début de course. Au 36ème, nous ne sommes pas loin de l’hôtel mais impossible de sortir de parcours il y a beaucoup de bénévoles, des gardiens de course sans compter la police qui encadre tous ces marathoniens de la circulation des véhicules.
Nous approchons de l’Arc de Triomf et de la place de Catalunya ou il a pas mal de monde si bien qu’il y a des barrières comme à l’arrivée. Il me reste 8 kilomètres.
A part la fatigue, les jambes me tiennent toujours et pas de contracture, je sens que je vais le terminer ce marathon mais l’arrivée est encore loin et il faut continuer à mettre un pas devant l’autre. Nous sommes de moins en moins nombreux sur le parcours et toujours quelques coureurs qui me dépassent. A 3 km de l’arrivée, passage sous des douchettes histoire d’éteindre le feu des chaussures qui fument.
Et enfin voilà le dernier boulevard qui nous ramène de la place d’Espanya où la foule est des plus dense, et les encouragements du public et des marathoniens avec leurs capes bleues. Voilà les 3 arches, les 50 mètres finaux, le tapis émetteur. Je regarde ma montre 5h55 mais il sera de 5’59 au classement officiel.
Voilà je viens de terminer mon marathon de l’année.
Je suis fatigué mais ravi d’y avoir participé. Il me restera l’image d’un marathon chaleureux, vivant et j’en ai pris plein les yeux et les oreilles avec tous ces groupes musicaux. Et ces mots ‘’ Benga Benga Roberto’’.
Il ne me reste plus qu’à aller récupérer ma médaille très colorée, la cape bleue pour se protéger de la fraicheur. Mes muscles sont raides mais j’arrive à marcher. Alors c’est clopin-clopant que j’accède aux escaliers du palais des congrès, de faire une pause pour admirer les derniers coureurs qui n’auront pas la médaille pour cause de hors délai, avant de rentrer à l’hôtel. Hélas je n’ai pas de monnaie pour prendre le métro, alors c’est 3.5 km de plus que je rajoute à mon parcours non sans mal car je fis des pauses à presque tous les bancs qui se trouvait sur le parcours.
Après une bonne douche, une détente sur le canapé, 19 heures sera l’heure de retrouver tous les copains dont les marathoniens pour une dégustation du rhum arrangé et d’aller siroter une bonne sangria dans un resto non loin de l’hôtel, un peu submergé par l’arrivée de 18 clients.
Ce fut un bon moment de convivialité et le lendemain, une visite au parc Guel s’imposa avant rentrer en France et de faire un stop à la frontière pour refaire le stock de rhum.
Ce week-end du 12 Mars 2017 fut un avant-gout de la sortie club dans le Jura. Que de fou-rires, de blagues, de taquineries. Merci encore à toutes et tous pour ce bon moment. Bonne récupération. Vivement que je remette ça.
Robert
Demain le récit de Phil T et les photos.

lundi 20 mars 2017

Marathon de Barcelone 1/2

Pas moins de 11 coureurs (PJ, Joël, Fabrice, Christine, Laurent, Irène, Henri, Phil T., Jean-Marie, Émeric et moi-même vont représenter le JCP au marathon de Barcelone, capitale de la Catalogne. De mémoire, quelques membres sont allés courir dans d'autres capitales à Rome (Anne-Catherine), à Genève, Lausanne, Lolo et Irène aux Philippines, et j’en oublie surement. Il faut que Gérard regarde dans ses stats.

Je tiens d’abord à remercier tous membres qui ont consacré beaucoup de temps, d’énergie et de leur personne pour la logistique de ce week-end : PJ pour les appartements, Jean-Marie pour le transport, Irène pour l’intendance, sans oublier les chauffeurs des 2 minibus et le GPS. Ils ont été au top et là encore, sans eux, le week-end aurait été plus stressant. De plus ils ont tous participé à la course. Double challenge pour eux.
Comme les minibus peuvent contenir 18 places, nous avons pu amener quelques supporters, venus pour nous encourager mais aussi découvrir le charme de cette ville méditerranéenne avec ses quartiers, son dédale de ruelles et  places, ses églises, mais aussi adeptes du Mojito, de chocolats chauds épais et de crèmes glacées et qui nous ont rajouté une touche de joie et de fantaisie. Bref un week-end placé sous le signe de la découverte, de la performance et bien sûr de la convivialité

La veille du marathon, c’est au palais des congrès que nous nous sommes retrouvés pour le retrait des dossards, découvrir le parcours, prendre des photos et jeter un coup d’œil sur les différents stands dédiés à la course à pieds et aux marathons des grandes villes européennes histoire de rêver.

Puis ce fut l’heure de la pasta party à l’appartement, les préparatifs de la tenue de course avant de passer une nuit plus ou moins courte avant de se rendre au départ de la course à 8h30 ou pas moins de 20 000 coureurs vont se répartir dans les différents sas de départs. Les plus de 4 heures pour moi c’est à plus de 500 mètres de l’arche du départ. Et je ne franchirai la ligne de départ de l’arche que 25 minutes après le départ de l’élite. La barrière horaire est de 6h00 et je mis 5h59, en temps officiel. Ouf j’ai eu chaud car peu de temps après mon arrivée, les premières arches commencèrent à être dégonflées mais je suis dans le classement et j’ai eu ma médaille, mais non sans mal.

Quant à la course, il y a bien longtemps que je n’ai couru une telle distance me contentant de 10 à 15 km maxi sur les courses de Drôme Ardèche et je n’ai pas suivi de plan d’entrainement.
A part connaitre le rythme de ma foulée, mon rythme cardiaque et respiratoire, je m’engage sur ce marathon avec l’idée de pouvoir le terminer sans blessure, d’en prendre pleins les yeux sur l’architecture de la ville, de vibrer au rythme des différents groupes, de m'imprégner de l’ambiance, des encouragements et de partager aussi un moment de bonheur avec des concurrents d’autres pays avec le simple fait d’entendre parler anglais, espagnol, castillan, cantonnais, japonais, allemand et j’en passe pour me dire que je suis un coureur du monde et nous partageons tous la même passion, celui de courir…
Robert

dimanche 19 mars 2017

Résultats du week -end

Au trail du grand Echaillon, 12 km
PJ: 1h08'20"   17/35
Les résultats ICI.

A Clansayes, 12.5km
Robert: 1h28'51"  196/199
Les résultats ICI.

A Bourg lès Valence
10km - 422 arrivants
Thierry M  45'33   92ème
Gérard  46'47"  109
Alexandra  47'46"   123
Christine K  49'22"  159 et 3ème V2
Serge T  53'29"  231

21 km - 441 arrivants
François  1h31'20"   58ème
Jean Baptiste  1h32'24"  67
Vincent  1h38'40"  126
Laurent F  1h46'25"  212
Eric  1h57'08"   311
Les résultats ICI.